Le(s) roman(s) coup de coeur du mois

   

Novembre 2021

 
   
 

Le secret de Joe Gould

Joseph Mitchell, Édition du sous-sol, 2021.

 

Joseph Mitchell, journaliste au New Yorker pendant plusieurs décennies, a voué sa plume à décrire les habitants de sa cité, avec une passion pour les marginaux, les excentriques et les invisibles. De tous ces récits, ceux sur Joe Gould sont de vraies pépites. Mais de qui parle t'on? D'une de ces silhouettes qui a arpenté Greenwich Village à New York pendant près de 30 années. Joe Gould est un clochard céleste, ivrogne et diplômé d'Harvard, un vagabond qui s'est mis en tête d'écrire le manuscrit le plus long de l'histoire, onze fois plus long que la bible, compendium de la pensée humaine, somme des conversations glanées au cours de ses pérégrinations. En deux récits, Mitchell nous raconte Joe Gould, qu'il a bien connu, et nous invite dans un voyage obsessionnel. En effet, Mitchell n'aura de cesse que d'essayer de lire cette "Histoire orale de notre temps " que Joseph Gould a disséminé sur d'innombrables cahiers d'écolier. Un régal!

 

Disponibilité catalogue

 

   

Octobre 2021

 
   

Romance in Marseille

Claude Mc Kay, Héliotropismes, 2021.

 

Roman inédit écrit entre 1933 et 1934 par Claude Mc Kay, l'un des grands auteurs de ce que l'on a appelé "la renaissance de Harlem", Romance in Marseille nous conte les errances de Lafala, docker ouest-africain qui a perdu ses pieds suite à une traversée clandestine. Mc Kay nous entraine au cœur du quartier interlope de la Fosse dans le port de Marseille. Dockers, marins, proxénètes et filles de joie, militants communistes  y sont dépeint avec sincérité et sans tabou, dans ce roman prolétaire qui fait la part belle aux marginaux et à la diaspora africaine.

 

Disponibilité catalogue

   

Omissions

Emiliano Monge, Grasset, 2021.

Dans ce roman, l'auteur mexicain s'interroge sur son héritage paternel dans une famille où de père en fils l’absence et le détachement résonne comme une malédiction, un atavisme funeste. Sur trois générations, servi par une très belle écriture et un habil découpage, Emiliano Monge nous décrit ce qui semble être une fatalité familiale, avec en toile de fond une peinture politique et social de son pays.

 

Disponibilité catalogue

   
   
   
   
  • Haut de page